Une journée sur le Tour de France

Le Tour de France 2016 s’est terminé sur une belle deuxième place de Romain Bardet, coureur de l’équipe AG2R La Mondiale.

Les coureurs ont connu les gouttes de la Normandie, le goudron fondu du Massif Central, la canicule des Pyrénées et l’orage de grêle de la principauté d’Andorre.

Nous avons eu l’occasion de vivre Le Tour de France de l’intérieur cette année en assistant à la 5ème étape (entre Limoges et Le Lioran) depuis l’un des véhicules de l’équipe de Romain Bardet.

Voici le récit d’une journée sur le troisième événement sportif au monde.

Le Village Départ

Pour l’ensemble des 4500 personnes qui suivent l’ensemble du Tour de France, la journée commence souvent par un passage au village départ.

Le village départ est un lieu qui est monté et démonté chaque jour. Chaque partenaire clé du Tour de France y a son stand et propose différentes animations.

C’est l’occasion pour les invités de chacune des étapes de boire un café et de rencontrer de nombreuses personnes liées, de près ou de loin , au Tour de France.

Parmi les personnalités immédiatement reconnaissables, on notera la présence de Raymond Poulidor sur le stand du sponsor du maillot jaune (sur l’étape ralliant Limoges au Lioran, c’était lui le vrai régional de l’étape !).

Sur le stand du sponsor du maillot de meilleur grimpeur, c’est Richard Virenque qui fait sensation. L’ancien idole des juillettistes n’a rien perdu de son aura. Au contraire, on se bouscule pour prendre une photo avec lui ou bien lui demander un autographe.

Bien évidemment, on retrouve des officiels liés au Tour de France connus du grand public (Bernard Hinault, Bernard Thévenet, Christian Prudhomme,...) ainsi que des journalistes de France Télévision ou Eurosport.

Egalement, certains coureurs ou directeurs sportifs (nous avons croisé Marc Madiot, manager de la FDJ) viennent également faire un saut dans le Village Départ. Par contre, on n’a vu aucun concurrent venir goûter les produits locaux.

Tout ce petit monde se retrouve donc au milieu des invités locaux après une bonne nuit de sommeil dans un hôtel affrété par ASO, et avant une longue journée sur les routes de l’étape du jour.

Un moment convivial avant la "guerre" de la course.

Nous avons eu l’occasion de discuter avec John Gadret (cyclocrossman de renom et ancien coureur chez AG2R, où il a réalisé ses plus beaux exploits dont une troisième place au général et une victoire d’étape sur le Giro 2011). Il nous livrait ses impressions sur l’étape du jour et son favori. Par respect pour son palmarès, nous tairons son pronostic qui s’est avéré être faux en fin d’étape !

Mais 10h30 arrivant, il était dorénavant temps d’aller rencontrer les coureurs de l’équipe sponsorisée par Bollé : AG2R.

Bonne surprise, c’est Cyril Dessel, vainqueur d’étape sur le Tour de France en 2006 qui nous accompagne jusqu’au bus des coureurs !

Dans les paddocks

Aux alentours des bus des 22 équipes présentes sur Le Tour, c’est la cohue, chaque personne cherchant à approcher au plus près les coureurs.

Demande d’autographes, de selfies,... Tout y passe pour un coureur quand il pointe son nez en dehors du bus de son équipe pour aller signer sa feuille d’engagement.

Cyril Dessel, l’ancien 6ème du Tour de France, nous présente le matériel utilisé par les coureurs.

Les coureurs ont tous le vélo le plus haut de gamme de la marque qui équipe leur équipe.

Cadres en carbone ultra légers et rigides, transmissions électriques (Sram Red eTap pour l’équipe AG2R) et roues aux différents profils mais toujours en carbone...

De vrais bijoux taillés pour grimper sur les podiums.

Nous sommes sur une étape de moyenne montagne et l’on observe que les coureurs ont privilégié leurs roues Zipp dans un format moyennement haut (pour ne pas être pénalisé en aérodynamisme sur le plat et en même temps ne pas être "encombrés" dans les passages à plus de 8%.

On aura l’occasion d’échanger quelques mots avec l’un des directeurs sportifs (Julien Jurdie). Evidemment il ne nous dévoilera pas la tactique du jour de l’équipe mais on sent que l’équipe est particulièrement concentrée sur une étape importante pour eux, Romain Bardet arrivant sur ses terres auvergnates.

Les coureurs, mis à part Sam Dumoulin, ne sortiront de leur bus que pour aller signer et ne s’attarderont pas à répondre aux questions des journalistes aujourd’hui.

La tension est palpable et il est déjà l’heure pour nous de rejoindre notre véhicule pour partir à l’avant de la course (entre la caravane publicitaire et le peloton).

Parcourir les routes du TDF juste avant les coureurs

Le dispositif auquel nous étions invités nous proposait de parcourir l’intégralité de l’étape dans un véhicule spécialement affrété.

Nous nous trouvons en compagnie de deux membres du fan club de l’équipe AG2R, de Magalie, la responsable communication de l’équipe et de Dorothée en charge de nous expliquer les détails de la vie à l’intérieur du Tour et, entre autre, de conduire le véhicule jusqu’au Lioran où a lieu l’arrivée de l’étape.

Pour résumer ce que nous avons vécu durant ces 5h de route : du monde, du monde, du monde !

Sur les routes plates, dans les bosses, les descentes, les petits villages, il y a tout le temps du monde sur la route du Tour de France.

Certains sont très respectueux et restent en sécurité sur le bord de la route, d’autres un peu plus imprudents mais tous ont en commun d’avoir un large sourire.

On croise sur les routes du Tour de France tous types de supporters : français, étrangers en vacances, locaux,...

La mixité est totale, réunir autour de la passion de la grande boucle.

De notre côté, nous sommes placés entre la caravane publicitaire et l’ouverture de la course. Les supporters ont donc déjà reçu leurs "cadeaux" distribués par les véhicules des partenaires officiels.

Ils sont dorénavant prêts à voir passer les champions.

Après une halte repas (en compagnie de Pascal Chanteur, excusez du peu), nous repartons vers Le Lioran.

Sur les routes du Cantal, nous tenterons de doubler la caravane publicitaire, mais comme dans un peloton, pas facile de se faire une place dans le Trafic !

Surtout sur des routes aussi sinueuses que celles qu’emprunteront les coureurs sur cette étape.

Mais nous devons noter que le paysage est absolument fabuleux. Dommage pour les coureurs qu’ils n’aient pas le temps de l’observer.

La route terminée, nous arrivons dans les tribunes partenaires sur le lieu de l’arrivée.

Pour les coureurs, il semblerait que l’étape fasse des dégâts. Sagan perd son maillot jaune et Van Avermaet pourrait lui chiper.

Une arrivée au plus proche des coureurs

Une fois arrivés au Lioran, nous nous dirigerons directement ers les tribunes d’arrivée.

Nous passons devant les bus des équipes qui sont déjà sur place et sont en train d’installer les home-trainers afin que les coureurs puissent effectuer leur décrassage.

Nous sommes à 150 mètres de la ligne d’arrivée et bien installés, un rafraîchissement à la main.

Nous pouvons suivre les 10 derniers kilomètres précédant l’arrivée sur l’écran géant situé juste devant nous.

Sur cette arrivée en faux plat montant, Greg Van Avermaet va s’imposer sans avoir besoin de lancer l’un de ses fameux sprints, il est déjà seul en tête.

Il remporte cette étape en solitaire et repart d’Auvergne avec le maillot jaune.

L’effervescence est à son comble avec l’arrivée du groupe des favoris qui se bataille pour quelques secondes.

Les supporters locaux de Romain Bardet donnent de la voix pour leur poulain.

Si à ce moment là ils avaient su que le coureur de Brioude finirait le Tour à la seconde place du général...

Nous repartirons de cette journée avec les yeux pleins d’images de joie.

Comme chacun des supporters installés en bord de route.

Trouver un magasin

Avec 74 magasins, il y a nécessairement un Culture Vélo près de chez vous :

ou

Pour ne plus rien râter de notre actualite

newsletter inscription Newsletter