Le test du Cannondale Topstone Lefty

Le test du Cannondale Topstone Lefty

Il y a des jours comme ça… vous recevez en test un vélo qui sort clairement des sentiers battus. Cannondale nous livre en effet pour ce test Culture Vélo, un espèce d’ovni…Un gravel carbone avec une fourche suspendue carbone…WHATT ??? C’est quoi encore que cette invention ? >>> Découvrez tous nos Cannondale Topstone Oui oui Cannondale, vient de nous livrer un Cannondale TOPSTONE LEFTY 1, et on a quartiers libres pour rouler partout et pousser à bout ce petit nouveau gravel qui trace une nouvelle voie dans le segment.

Depuis maintenant 2-3 ans dans le monde du vélo, si il y a bien un vélo qui casse les codes c’est le Gravel. Un vélo versatile entre le vélo de route et le VTT, un vélo coup de cœur, un vélo évasion par excellence qui vous permet de faire tout ou presque. Ici Cannondale fait fort, en y ajoutant une fourche suspendue mono-bras…ce gravel devient comme nous le disions donc, un modèle unique. Un peu à l’image de Cannondale d’ailleurs, à savoir à la marge de ce que font les autres constructeurs. En effet, si on retrace un peu la genèse de ce Topstone, Il y a maintenant 4-5, Cannondale sortait le Slate…une mini révolution à l’époque, un petit gravel roues de 650, fourche Lefty, une bombe nerveuse et agréable. En 2020, C’est le Topstone Carbone Lefty qui prend le relai… et voir la Lefty sur un gravel, c’est à la fois perturbant et excitant. Mais en le sortant du carton, il ne laisse pas indiffèrent. Quelle gueule…il a, alors on aime ou pas, mais ce qui est sûr c’est que ce vélo se reconnait entre 1.000.

Présentation du Cannondale Topstone Carbon Lefty 1

Notre modèle de test est donc le Cannondale Topstone Lefty 1 équipé du SRAM eTtap AXS Force/XO Eagle. Il existe également au catalogue en version Lefty 3 équipé en Shimano GRX. A l’avant du vélo, on retrouve une fourche Lefty Oliver conçue spécifiquement pour le gravel avec un débattement de 30 mm. A l’arrière on retrouve le système spécifique « Kingpin ». La marque parle d’une suspension complémentaire. On le sait Cannondale a un savoir faire sur cet aspect, que ce soit en VTT ou sur la route, avec notamment sa fibre carbone hyper flexible (technologie save), ici avec le système Kingpin, on gagne encore en flexibilité et ce pour plus de motricité et de confort. Au niveau des roues, c’est un combo jante carbone Hollowgram de la marque Cannondale avec moyeu arrière DT SWISS 370, et un montage en 650*47c. Un choix logique (petit diamètre + volume d’air important = confort et maniabilité). Côté pneumatiques, on retrouve de base un type de montage cher aux VTTistes en XC : un pneu avant qui accroche le WTB Venture et un pneu arrière plus lisse pour la rendement le WTB By Way. Niveau transmission, on retrouve le nec plus ultra de chez Sram, avec l’eTap AXS Force, de orfèvrerie tout simplement. Le cockpit lui, est bien curieux pour un gravel. On retrouve en effet, un cintre quasi aéro, qui est seulement réglable sur +6 degres en négatif ou positif,…une question, nous vient mais POURQUOI ce choix ? Ne pas pouvoir régler l’inclinaison sur un vélo gravel, c’est quand même dommage…

CANNONDALE TOPSTONE LEFTY 1 / Le Design

C’est vraiment binaire…on aime ou pas. Le design global et cette peinture ne laissera personne indifférent. En effet, avec une technique ancienne et bien connue de superposition des couches de vernis…la couleur va varier selon la lumière. Ici, elle varie du bleu/vert océan au violet : c’est sublime ou l’inverse au choix.

L’essai du Cannondale TopStone Lefty 1

1ere étape avant d’aller rouler…on checke la pression au niveau de la fourche. On va chercher la pompe haute pression, et on regarde les indications sur la fourche en fonction de son poids rien de plus simple (pour nous on sera autour de 79PSI). Pour le reste, on remarque un nouveau système d’attache au niveau de la Lefty Sur les anciens modèle VTT il fallait dévisser 2 boulons à chaque démontage. Là, par une simple manœuvre, on peut déverrouiller le système et faire pivoter l’étrier pour engager ou dégager la roue de son axe. Simple efficace, même si esthétiquement c’est un peu disgracieux (avec un levier en forme d’attache rapide).

Il faut l’avouer en le regardant, son style est massif on a l’impression d’avoir un petit VTT XC mais avec un cintre route aéro…alors forcément c’est déstabilisant…on va en faire quoi de ce vélo, où allons nous le tester ? Justement, on va aller un peu partout pour le tester afin de le voir dans différentes configurations :
-  1ère étape : MASSIF DE LA MONTAGNE NOIRE entre Carcassonne et Mazamet. o Du dénivelé, des montées, de belles descentes, des sapins, des chênes, des pistes, des singles, des lacs…le début de l’aventure.
-  2ème étape : LES PYRENNEES ARIEGOISES o Du lourd, du pentu, dur mais tellement beau, le challenge s’annonce osé…et la lefty devra nous aider, et trouver un bon terrain de jeu.

-  3ème étape : FORET DE BOUCONNE (région Toulousaine) o Du gravel pour tous, du roulant, du single simple, bref pour patienter avant de prendre l’échappée du week-end…c’est le rendez vous parfait pour tester le gravel sur du single simple.

-  4ème étape : CITY RIDE DANS TOULOUSE

A la découverte de la ville…et pourquoi pas !!! bien évidemment pour rouler en ville, ce gravel n’est pas du tout le vélo adéquat, mais il s’annonce polyvalent, alors pourquoi ne pas redécouvrir sa ville avec un vélo passe partout confort et hyper maniable…OOOO MON GRAVEL OOOO TOULOUSE. On commence notre test dans cette si belle Montagne noire (pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un massif montagneux situé à l’extrémité sud-ouest du Massif central. Il sépare les départements du Tarn, de l’Hérault, de l’Aude et de la Haute-Garonne). Un terrain gravel parfait et varié tant dans le revêtement que dans les pourcentages des pentes.

La Montagne Noire

On se lance pour ce premier trip…une boucle de 80km, un D+ de 2000m, et d’entrée on rencontre du gravier et de la petite pierre. La lefty rentre en jeu…et ça marche fort. Certes, il n’y a que 30mm de débattement un vttiste rigolera en lisant cela) mais ça fait la différence. Clairement, sur des zones un peu techniques, cassantes, on passe plus vite et surtout les chocs sont moins brutaux. On roule donc en mode confort, le tout en allant plus vite le tout en sécurité, c’est un gros plus. Il est vrai que la monte pneumatiques aide parfaitement l’ensemble avec du WTB Venture à l’avant apportant du grip et le ByWay à l’arrière apportant rendement et motricité.

Sur les liaisons sur la route, on retrouve un rendement très honorable, on apprécie la fluidité des roulements et le comportement sain du vélo.La fourche n’est pas handicapante, elle est bien évidemment blocable via un clic on/off. Les kilomètres s’enchaînent, le paysage est juste magnifique et on joue facilement avec ce vélo…il est vrai un peu déconcertant au niveau du poste de pilotage, ne pas pouvoir jouer sur la position du cintre est un vrai frein. Un routier ne sera pas forcement décontenancé, un vttiste peut être plus. Au final, sur cette belle sortie dans les montagnes noires, on retrouve un vélo au comportement hyper rassurant, vous pouvez passez partout facilement et au niveau du confort…la fourche est clairement un plus. Les collègues qui eux etaient avec leur fourche rigide, n’ont visiblement pas vécu la même chose, le confort et le côté gravel 4*4 s révèle… ce Cannondale TOPSTONE Lefty serait-il un GRAVEL + ?

Cols ariégeois

On change de programme cette fois, avec un défi est de taille, dompter les cols Ariégeois, mais pas n’importe lequel, un col compliqué et technique le Col de la Pause et le Port d’Aula (L’Espagne au bout du chemin). Avec 18KM et 1600M de D+, avec de la pierre, du technique, on rentre ici dans un défi engagé, on veut vraiment voir les limites de ce vélo.

Ici, on va devoir ménager tout le monde, l’homme et la machine. Le confort est encore là, le développement (50 dents à l’arrière vous pouvez passer partout), la motricité en montée est là, on passe facilement et le vélo se montre encore une fois dynamique et maniable.

La montée est dure, mais ça vaut le coup, le vélo n’est pas pris à défaut. La descente s’annonce à présent, et là la Lefty rentre en jeu et elle efface efficacement la partie technique, vous pouvez y aller…c’est un régal.

On retrouve donc ici un terrain de jeu parfait pour ce vélo, singles tortueux, petites pierres, le topstone lefty est dans son élément…Il grimpe vite, il est confortable, extrêmement maniable…c’est vraiment l’hybride qui se place entre le gravel et le vtt…Un gravel +, un vrai.

Foret de Bouconne…

Les Toulousains connaissent parfaitement l’endroit, au programme rien de bien méchant, du signe simple peu ou pas de dénivelé, c’est roulant. Bref pour certains c’est de la dépanne en attendant mieux. On a voulu y aller aussi et ça tombait bien la veille, il y avait eu beaucoup mais alors beaucoup de pluie.

Une sortie dans la boue, et bien oui pourquoi pas, on va voir ce qu’il vaut dans le gras ce Topstone.

Alors c’est parti, nous sommes loin de l’Ariège et de la montagne noire, le parcours est plus lisse, c’est du basique, le vélo lui se comporte bien, mais ce n’est pas là où il excelle, non le single roulant il aime, mais nous moins. On trouve qu’un gravel fourche rigide serait plus performant. Pour le TopStone lefty La boue n’est pas du tout un problème, ça se gère parfaitement, mais c’est dans le comportement global, le vélo ronronne, ce n’est pas là où il s’exprime pleinement, il est un peu en peine sur le roulant…il prefere le cassant, le petit single c’est clair…ce gravel c’est un mini SUV.

Quand il arrive en ville...

Et bien oui quand le cannondale TopStone arrive en ville, tout le monde ne change pas de trottoir, mais le scrute…C’est un espèce d’ovni, sa couleur, sa gueule est remarquée et remarquable. Un vélo frime en ville ? Un peu oui. Pour nous en tout cas, c’est encore un usage à découvrir…le gravel en ville. Et oui le gravel, c’est le vélo bon à tout faire, alors en montagne, sur la route, les chemins et la ville…il sait s’adapter, profitons-en.. En ville bien évidemment, la fourche a un intérêt très très limitée, non ici les sections des pneus, et le Kingpin se suffisent à eux-mêmes. La maniabilité elle en 650 est juste parfaite, vous braquez facilement, bref vous prenez la clé des villes avec ce vélo. Bien évidemment, on ne l’attachera pas à un poteau il risque de faire peut être un peu trop envie…mais quel plaisir (là encore), de prendre le temps de redécouvrir sa ville, son coin, le tout en deux roues, pouvoir passer partout facilement…c’est un petit bonheur d’avoir autant de confort.

Alors ce bike, c’est un VTT ou un Gravel ?

Que répondre ? Un vélo bon à tout faire…ça c’est une certitude, mais où est-il le meilleur ? Clairement sur du chemin rugueux et sur des singles tortueux…Ailleurs ça restera un plaisir aussi, mais vous n’optimiserez pas ses compétences. Ce vélo aime le grand air, le technique, dans la famille gravel…elle attirera les VTTistes plus facilement, qui retrouveront beaucoup de similitudes avec leurs vélos. On regrettera en revanche le choix de ce poste de pilotage, le cintre doit pouvoir se régler.

Si vous voulez vous orienter vers un Gravel, sachez qu’ici vous retrouverez un gravel bodybuildé pour passer plus facilement dans les passages techniques. Si vous voulez avoir un gravel, light & minimaliste, la version sans lefty pourra être une option plus raisonnable, certes vous allez perdre dans la technique, mais vous allez gagner dans des configurations de terrains plus basiques. Pour conclure, ce vélo est un concentré de technologies massif et bodybuildé. Alors pour certains le gravel ça doit être pourtant l’opposé simple et pur, c’est donc à vous de voir, mais toujours est il que ce vélo lance une nouvelle voie celle du GRAVEL+ ou GRAVEL SUV, c’est-à-dire un vélo performant pour tout, et qui vient côtoyer bon nombre de VTT XC.

De notre côté nous avons aimé, mais surtout en montagne, pour le reste le choix s’orientera vers la version sans lefty,( vélo plus léger et dynamique). A noter pour les puristes que cette sera disponible en montage à la carte à partir d’octobre 2020.

LES + DU VELOS

  • Le design
  • La lefty
  • Sa capacité de franchissement
  • Sa maniabilité
  • Le groupe Etap
  • Les roues

Les –

  • Le cintre
  • Le poids
  • A l’arret, la roue tourne tout le temps vers le côté gauche

>>> Découvrez tous nos Cannondale Topstone

Culture Vélo Lyon-Est

Pierre PICON
35 - Route d’Heyrieux
69780
LYON EST - MIONS
Tél. 04 37 25 10 90
69lyon-est@culturevelo.com

Horaires

Lundi :
Mardi : 9h 12h30 14h 19h
Mercredi : 9h 12h30 14h 19h
Jeudi : 9h 12h30 14h 19h
Vendredi : 9h 12h30 14h 19h
Samedi : 9h 12h30 14h 19h

Pour ne plus rien râter de notre actualité

Inscription Newsletter