Le test du gravel GT Grade Pro

Le test du gravel GT Grade Pro

Il y a plus de 6 ans, nous testions déjà la première version du GT Grade. A cette époque, le Gravel débarquait tout juste en Europe (un vélo hybride entre le VTT et le vélo de route). Pour beaucoup une hérésie ? Mais pourquoi donc mêler ces deux là ? Pour nous ce vélo était une mini révolution, un coup de cœur. Un vrai vélo passe partout, facile, léger, dynamique qui allait nous sortir des sentiers battus.

Avec ce GT GRADE, on retrouve les ingrédients qui ont fait le mythe de la marque, à commencer par ce fameux cadre triple triangle, en carbone, le tout en gardant l’ADN d’un GT.

Oui, le gravel n’est pas une révolution dans le monde du vélo, c’est plutôt une optimisation d’un vélo qui lui a tout révolutionné. Souvenez-vous, milieu des années 80 débarque en France ce vélo un peu fou qu’est le vélo tout terrain. La promesse est simple, vous allez pouvoir sortir des sentiers battus, fini le Diktat du bitume, on peut découvrir la nature, et rouler partout.

À cette époque, les vélos sont simples, pas de suspensions, ni d’amortisseurs, pas de tige de selle télescopique, un vélo avec des pneus larges, un guidon droit et c’est tout. Léger, efficace, qui vous amène partout. Mais si ce vélo pouvait vous amener partout, il avait des défauts (son rendement sur la route, sa qualité de freinage dans les chemins techniques, la fourche rigide sur les sentiers techniques…), bref bien mais…pas partout.

Avec Le gravel moderne, les constructeurs offrent une optimisation de ce vélo(freinage à disque, géométrie spécifique, fibre de carbone confort, travail sur les accessoires ( cintre, pneumatiques) pour optimiser la position et le pilotage. Clairement sur ce nouveau segment, GT a été précurseur et ce n’est pas étonnant, en 2015 et oui déj) la gamme est large de l’alu du carbone, il y en a pour toutes les bourses et le succès est immédiat. Le Grade s’impose comme la référence du marché.

Les années passent et cette fois, nous avons à l’essai le GT GRADE PRO, alors qu’en est-il de ce petit nouveau ?

GT GRADE PRO : le test

Après un bestseller comment réinventer son vélo ? C’est la question que les ingénieurs du bureau d’études GT ont dû se poser, comment le faire évoluer, quel positionnement ? Et visiblement, comme souvent chez GT, l’avis a été radicale et pas dans la demi-mesure.

En effet, si la première version, flirtait entre un vélo route endurance et un vélo pour pistes roulantes américaines du MIDWEST, en 2021, c’est clair et net on s’oriente vraiment vers un Gravel « Off-Road ». Logique au final, l’ADN de la marque est clairement orienté vers ce schéma, alors voyons un peu le résultat sur ce vélo. Premier constat, on garde le concept du triple triangle, Les haubans, particulièrement fins mélangent deux types de fibres : le carbone et la fibre de verre. Le noyau en fibre de verre assure la résistance et l’amortissement tandis que les couches externes en fibres de carbone contrôlent la rigidité, ce qui créé la technologie dite Dual Fiber Dynamics.

C’est d’ailleurs bluffant, la souplesse des haubans se manifeste en appuyant simplement dessus (à la main). La souplesse verticale est vraiment un axe prioritaire dans le cahier des charges du vélo, ce type de construction assure quasi naturellement le rôle d’amortisseur.

Autre nouveauté, le travail sur le tube vertical, on a un dégagement plus important (afin de pouvoir mettre des pneumatiques plus larges), il est aussi plus large avec notamment la possibilité de rajouter une tige de selle télescopique, là encore un plus indéniable, et en plus elle est de série sur cette version. Nous parlions des pneumatiques, là encore la différence est de taille, en effet d’un 38 mm max sur l’ancienne version, là on peut monter du 42mm ou 47mm (avec des roues de 650). Une section plus large pour vraiment s’aventurer en OFF ROAD. A noter le montage d’origine lui est en 40mm.

Le travail sur la fourche du GT GRADE

La fourche de ce nouveau GT GRADE embarque une technologie permettant de faire le choix entre plusieurs déports, en l’occurrence de 55 mm ou 70 mm.

  • Quelle utilité d’avoir ce choix ?

C’est une option utile si vous voulez partir « chargé » (beaucoup de bagageries pour un long trip à vélo par exemple). En effet, l’objectif étant de retrouver, même avec du poids, des réactions prévisibles et saines au niveau de la direction. Pour changer de configuration, il vous faut 10 min environ, et clairement la variation de comportement est assez flagrante, mais utile que si vous avez du poids devant. Donc on garde le 55 pour un usage gravel classique, et un 70 pour du bikepacking. A noter aussi que si vous le souhaitez vous pouvez monter des disques en 180MM, pour optimiser le freinage (là encore choix judicieux lors d’un trip bikepacking)

Vous l’aurez compris : la vocation bikepacking ou Aventure est clairement mise en avant. Et c’est également visible partout sur le cadre, avec de très nombreux inserts filetés permettant une multitude de combinaisons d’aménagements. À noter également que GT a choisi de conserver le routage externe des gaines. Un choix clairement expliqué par la marque qui privilégie la facilité de maintenance. Alors dans une tendance de tout intégrer, il est clairement à contre-courant, oui c’est visible, mais c’est clairement beaucoup beaucoup plus simple pour l’entretien. Et autre chose en lien, les gaines protègent aussi le tube oblique des projections, et ce n’est pas un mal.

GT GRADE PRO : Le montage

Les équipements

Côté équipement, cette version PRO est le haut de gamme, mêlant habilement un groupe Shimano GRX 800, une cassette Shimano de la gamme XT de 11-42 dents, et un valorisant pédalier Praxis Zayante Carbon-S armé d’un unique plateau de 42 dents. C’est fiable, efficace, par contre attention, un 42 si vous voulez vous aventurez sur du pentu et long, il vous faudra une bonne condition physique. Le 42 X 42 dans les forts pourcentage par exemple, c’est une vraie épreuve. Cette version PRO du GT GRADE n’était pas encore équipée de la manette gauche Shimano, incluant la commande de la tige de selle télescopique (TransX). Ce qui explique le montage d’un petit levier de type VTT sur le dessus du cintre. La version commercialisée sera bien équipée du levier adéquate … Les roues ne sont pas en reste avec un montage de la marque Stan’s NoTubes, constitué de jantes Crest MK3 et de moyeux Neo, bien évidemment en axes traversants. La largeur interne de 23 mm de ces cercles, au profil très bas, favorisera là aussi la filtration et la robustesse. La monte pneumatique est assurée par WTB, et leurs bien connus NANO en 700 x 40 mm.

Côtés périphériques, on retrouve la selle Fabric Scoop Shallow Elite. Le cintre est estampillé GT, identique au cintre de la première génération de Grade. La potence elle par contre n’est pas un exemple de finition, c’est du basique.

GT GRADE PRO : le comportement

C’est parti pour le test et d’entrée, et clairement il faut s’adapter, car nous avons ici un cadre en 51, mais le reach (mesure horizontale entre l’axe du boîtier de pédalier et la douille de direction) est très long, et avec une potence plus courte. On a un vélo long, il faut l’avoir en tête lors du choix de la taille, car avec le montage avec des potences courtes, vous n’allez pas pouvoir changer cela facilement. Avec cette configuration, GT aurait pû monter une selle sans deport justement pour être plus souple sur ce long reach.

Après les quelques réglages d’usages, on roule et clairement le GT Grade filtre très efficacement les irrégularités du terrain et se permet même d’améliorer significativement ce qui était déjà le point fort de la précédente génération, notamment avec ce choix plus radicale sur les pneumatiques. Le triple triangle, et la nature des fibres vont permettre d’optimiser le confort, mais aussi optimise la motricité du vélo. Ici, on retrouve du rendement, car sur les zones un peu techniques le vélo ne rebondit pas autant, vous avez plus de motricité, vous passez plus vite. Ce concept est un must absolu à notre avis.

GT semble maitriser parfaitement son concept : le Grade est particulièrement confortable, tout en restant d’une redoutable efficacité en relance et accélération brutale. C’est presque étonnant au regard des cotes particulièrement longues de ses bases ! Les roues ne sont bien évidemment pas étrangères à cet excellent dynamisme.

Cependant, sur la route, ce montage en WTB Nano sont beaucoup trop engagés, vous êtes un peu collé à la route, c’est bruyant et le dynamisme en prend un coup. Alors en fonction de votre usage, ces pneumatiques qui sont au demeurant ultra efficaces sur les chemins engagés seront trop énergivores sur la route. Sur la mécanique, il n’y a rien à redire, c’est du SHIMANO doux efficace, on aime aussi le freinage rassurant et puissant, cependant le choix du développement n’est vraiment pas cohérent pour du vrai offroad. 42 à l’arrière c’est trop gros, si vous voulez faire du dénivelé il faudra vraiment avoir de la puissance dans les jambes. Surprenant de la part de la marque, ou pas, car visiblement on connait bien les chemins du MIDWEST américains, où là on peut tirer du braquet sans souci, En Europe, ce n’est pas forcement tout le temps pareil, et nos passages dans les Pyrénées ne diront pas le contraire. Donc au choix on change la cassette ou le plateau avant, mais si vous voulez de la souplesse ça sera le mieux (encore une fois à condition de faire du dénivelé, sinon ça passera parfaitement)

L’apport de la tige de selle télescopique

Clairement dans un usage GRAVEL off-road, c’est un indispensable, car oui on arrive à jouer sur le centre de gravité de l’ensemble vélo-utilisateur, on gagne en efficacité, pilotage plus précis dans le « technique ». Vous pouvez composer certaines faiblesses techniques et gagner en confiance, donc oui c’est indispensable

TEST GT GRADE PRO : le bilan

Nous le disions ce vélo a bouleversé l’univers du vélo en 2015, cette version plus radicale enrichit le spectre du gravel, avec le OFF-ROAD, vous allez clairement pouvoir passer partout. Alors on aime ou on n’aime pas, mais c’est un pari réussi. Ici, c’est encore son confort qui surprend, et on le sait en Gravel, c’est presque l’objectif prioritaire car une monture plus confortable, en ménageant son hôte, lui permettra de rester « frais » plus longtemps.

Sans artifices, et avec un montage ultra équilibré ce vélo est un très bon rapport qualité prix pour quelqu’un qui voudra avoir un Gravel engagé, customisable qui plus est. En changeant les pneumatiques, vous allez aussi pouvoir construire un vélo plus soft et moins engagé.

Oui alors pour certains ils vont dire les gaines sont externes c’est moche. Oui certaines choses auraient pu être plus belles (potence, guidoline plus épaisse, système de changement de déport de fourche plus simple) ou bien encore un choix de cassette arrière plus polyvalente ou monte pneumatiques moins radicale. Mais pour nous Ce GT Grade fait preuve d’une efficacité redoutable pour quelqu’un qui cherche avant tout un Gravel pour les chemins engagés et qui souhaite éventuellement s’engager dans du bikepacking. Ce GT Grade, pourra décevoir un routier qui passe au Gravel et qui veut un vélo tonique, rigide, pour aller vite sur la route et sur les chemins. Mais dans l’absolu, ce GT Grade trouve sa place et se positionne encore comme une référence dans le marché des vélos Gravel, alors on aimera ou pas son style, ou son positionnement, mais toujours est il que ce vélo c’est du « lourd » sur le marché et on peut largement compter sur lui pour en faire un excellent compagnon.

Trouver un magasin

Avec 71 magasins, il y a nécessairement un Culture Vélo près de chez vous :

ou