Test BMC Teammachine SLR 01 Disc

BMC Teammachine SLR 01 Disc, c’est la dernière formule 1 du peloton professionnel…et nous avons eu la chance de pouvoir le tester sur les routes Pyrénéennes.

Le nec plus ultra chez BMC :

Alors oui BMC n’a fait pas dans la demi-mesure au niveau du BMC Teammachine SLR 01 Disc, c’est du haut de gamme à tous les étages. Transmission Dura Ace Di2, Dt Swiss 32 Spline….c’est de la haute couture.

Le Design au centre du cahier des charges :

Là encore BMC persiste et signe avec un vélo épuré et racé, on retrouve les lignes du petit frère le Road Machine, Les haubans restent fixés très bas, le tube diagonal est très conséquent, la fourche est entièrement revue ! Le serrage de tige de selle est désormais intégré au tube supérieur, c’est un système de fixation situé sur le dessus du tube, et la tige de selle est spécifique avec une forme en D.

Le sur-mesure chez BMC c’est une réalité :

De manière à conserver le même comportement entre toutes les tailles, les ingénieurs ont prévu des épaisseurs de tubes différentes, la rigidité, le comportement général ne risque donc pas de changer. Pour ce modèle vous allez pouvoir retrouver six tailles de cadre : 47 / 51 / 54 / 56 / 58 / 61.

BMC TEAM MACHINE SLR 01 : L’intégration parfaite

Avec Le système de cockpit (ICS : Integrated Cockpit System), c’est simple il n’y a plus de câbles apparents. La douille de direction a été développée spécifiquement afin que les câbles hydrauliques et électroniques routent au sein de la potence et du cadre sans sortir.

La potence (disponible en cinq tailles : 90-130mm) se voit pourvue d’un cache plastique sur le dessous et l’intérieur du cadre au niveau douille de direction est rectangulaire avec les roulements de direction intégrés sur cette partie. L’espace disponible sert donc à passer câbles et gaines. Côté pratique, un petit support permet de monter un compteur GPS et / ou une caméra embarquée sur la zone frontale du vélo.

Un cadre repensé et un poids quasiment identique

Du côté du poids du cadre, la version disque se voit légèrement plus lourde que l’ancien modèle SLR. Pour exemple sur le cadre SLR 01 : • Cadre SLR 01 disc : 815 grammes • Cadre SLR 01 patins 2017 : 790 grammes Sur le modèle disques, la fixation des roues se fait via des axes traversant au format 12x100 et 12x142mm, un standard pour répondre aux contraintes du freinage à disque.

BMC TEAMMACHINE SLR 01 : le test terrain

Nous avions pu tester l’ancienne génération en versions freins patins, et le bilan était positif, un vélo ultra nerveux, assez confortable, mais nécessitant quand même un certain niveau physique.

On enchaîne les premiers km avec cette nouvelle version et le premier ressenti, c’est le gain de confort sur la partie avant, c’est plutôt rare d’avoir un niveau de confort aussi important et ce pour un vélo taillé pour la performance. On apprécie aussi la rigidité de la boite de pédalier et le rendement de l’ensemble, la moindre sollicitation et le vélo bondit tout seul… on apprécie aussi la vivacité du vélo, il n’a rien perdu.

Autre changement notable, là où le triangle avant était light auparavant, cette nouvelle fourche est beaucoup plus stable sur mauvais asphalte, cela exige moins de force, et surtout le vélo est mieux équilibré.

Au niveau du pilotage, c’est assez incroyable et c’est surtout remarquable à haute vitesse en descente ( les cols Ariégeois auront été parfaits pour tester ce pilotage). On a un meilleur équilibre global du vélo entre l’arrière et l’avant.

Au niveau du freinage, cela fonctionne parfaitement, c’est fluide, on retrouve même plus de souplesse avec cette évolution du Dura Ace Di2, les manettes sont, elles ultra compactes, et les disques de 160mm sont montés à l’avant et les 140mm à l’arrière sont tout simplement magnifiques.

Là encore l’intérêt du disque ne se pose plus, surtout dans les descentes, le freinage est puissant, on gagne en sécurité et en plaisir….on s’amuse à retarder les freinages, le disque c’est aussi ce petit plus côté plaisir. D’autant où sur le vélo le surpoids ne se fait absolument pas ressentir ( 6,8kg).

Par contre, à noter et à ce niveau de finition, ce n’est pas normal, les pistons qui tardent à revenir en position après un freinage puissant, alors certes il faut 1 ou 2 secondes pour qu’ils se remettent en position. Mais c’est dommage d’avoir ce frottement à la relance et d’entendre ce petit bruit qui sur une machine de ce niveau ne devrait pas exister.

LE BMC TEAMMACHINE SLR01 : Un vélo pour qui ?

Le vélo pour tous, vous connaissez ? Nous aimerions dire que ce vélo est le vélo pour tous, mais son tarif nous empêche de le dire, néanmoins sur le terrain c’est bien sa polyvalence qui est bluffante. Rarement, nous aurions eu un vélo de pro aussi à l’aise à basse vitesse et aussi confortable…et bien évidemment si c’est un vélo de pro… à haute vitesse là encore c’est un régal, c’est stable réactif et confortable. Alors oui, sa géométrie est plutôt exclusive donc nous devons nuancer, ce BMC TEAM MACHINE est effectivement taillé pour la course, donc ne cherchez pas une position haute, non il faut de la souplesse pour en tirer le meilleur.

BMC TEAM MACHINE SLR01 : les périphériques au sommet.

Il fallait s’y attendre avec BMC, le choix des composants est une force de la marque et notamment sur les modèles haut de gamme. Ici le nouveau groupe Dura Ace Di2 fait merveille, on a beaucoup aimé le changement de vitesse en haut des cocottes (que vous pouvez aussi paramétrer pour faire défiler l’écran de votre Garmin), pour certains c’est du gadget….mais à l’usage c’est pratique (avec des gants vous pouvez facilement faire défiler les pages)

Par ailleurs, le choix des roues carbone DT Swiss PRC 1100 DICUT db 35 avec un profil de 35mm convient parfaitement sur des zones montagneuses mais parce que c’est la polyvalence par excellence. Elles sont légères, réactives et rigides, c’est le combo parfait. Et la monte pneumatique, vous allez nous dire ? La perfection… les Vittoria Corsa Graphène sont bluffants, du grip du confort, on a l’impression de retrouver les sensations du boyauxsans les inconvénients, un régal…par contre un peu déçu par la fragilité des flancs, il faut en prendre soin.

BMC TEAMMACHINE SLR01 DISC : Le bilan

C’est une réussite, c’est un vélo au design remarquable, la vivacité et sa polyvalence en font une arme parfaite pour beaucoup de cyclistes. Et oui enfin, un vélo de pro qui est à la portée de tous…alors oui le prix est très très haut 11 499€, vous ne rêvez pas… mais c’est aussi le prix de l’excellence, mais notez qu’une version One sur une base de cadre SLR01 Disc est aussi disponible avec un montage Shimano Ultegra DI2 pour 7299 euros. Enfin une version Two toujours sur une base de SLR01 en version Shimano Ultegra mécanique est proposée à 4999 euros.

Pour le reste, c’est clair c’est un vélo ultra dynamique, vif et déconcertant en descente…Bref pour la rédaction, c’est l’un des meilleurs vélos route que nous avons pu tester car oui cette polyvalence et cette efficacité cumulée est rare...alors un mot pour conclure BRAVO aux ingénieurs BMC .

Trouver un magasin

Avec 71 magasins, il y a nécessairement un Culture Vélo près de chez vous :

ou

Pour ne plus rien râter de notre actualite

Inscription Newsletter