Test du BMC Roadmachine

Test du BMC Roadmachine

C’est la dernière pépite de chez BMC qui arrive en test sur Culture Vélo : on parle bien sûr du BMC Roadmachine ! Nous avons testé pour vous le vélo route endurance de la marque Suisse.

Après de longues sorties sur des terrains divers et variés tels que la haute montagne, les vallons, sur du plat ou encore sur des routes accidentées, il est temps de vous dévoiler nos impressions.

Alors vélo endurance, promesse marketing ou vrai vélo pour les longues distances ? On vous donne les éléments de réponse juste en dessous.

Tour d’horizon de la gamme route BMC

Comme nous le disions en introduction, ce BMC Roadmachine est un vélo endurance, mais qu’est ce que cela signifie réellement ?

C’est un vélo qui privilégie le confort et la facilité d’utilisation. Le vélo endurance c’est donc le vélo de route idéal pour « Monsieur tout le monde ». Ici, on cherche le meilleur compromis entre performance et confort. Connaissant la rigueur et l’expertise BMC, l’idée est d’offrir une expérience de pilotage hors norme sans pour autant avoir besoin d’être un athlète haut de niveau. C’est indéniable BMC, c’est un savoir-faire unique avec souvent un temps d’avance sur certaines technologies ou choix dans la conception de ses vélos. On peut prendre l’exemple des bases courtes, une signature de BMC depuis plus de 10 ans ou encore la conception de cockpit spécifique. Depuis, presque toutes les marques ont repris ces concepts.

BMC c’est aussi une gamme spécifique.

  • Un vélo aéro, le Timemachine : pas de compromis, c’est un vélo pour gagner des secondes optimiser vos watts, ne lui demander donc pas d’être un allié en montagne, ou sur les vallons
  • Un vélo pour la course, le Teammachine : le vélo des coursiers, de la rigidité, il doit passer partout, stable, précis en descente.
  • Un vélo pour l’endurance et le confort, le Roadmachine : le vélo de route pour tous, un vélo plus tolérant, souple mais pas trop. L’équation n’est pas évidente, alors ils ont tout simplement repris une géométrie quasi identique au vélo de course, mais un travail énorme a été effectué ici sur les formes des tubes, et le cockpit spécifique. De plus, l’avant se doit d’être dynamique et court, pour conserver du rendement, et devant de la souplesse pour filtrer.

Donc vous le comprenez chez BMC, c’est le vélo qui s’adapte aux pratiquants et pas l’inverse. Vous avez au menu 3 vélos différents, c’est à vous de choisir lequel vous convient le mieux. L’avantage de cette segmentation plus clivante que certaines marques est qu’elle vous permet de vous orienter clairement.

Le BMC ROADMACHINE en détails

Sur le BMC ROADMACHINE, le cahier des charges est simple : Confort et rendement pour le plus grand nombre. Ici, la marque a tout étudié et dans les moindres détails : du cintre en passant par la selle, la tige de selle, les pneumatiques, les roues, les formes des tubes, le choix du carbone. Tout, est fait pour optimiser ce combo rendement-confort.

Alors, n’attendez pas ici de retrouver le comportement d’un pur-sang, non ici vous êtes tout simplement en première classe.

Vélo confort : comment cela se traduit sur le Roadmachine ?

Tressage du carbone, géométrie, choix de composants, détails, travail sur la souplesse du poste du pilotage. Bref, tout a été étudié pour rendre ce vélo des plus confortables comme nous allons le voir plus en détail.

1- Le cadre

Commençons par le cadre : la géométrie, la forme des tubes, la tige de selle, répondent à un concept global pour un confort idéal. Les bases sont notamment très courtes pour un vélo de cette catégorie. C’est un réel pari de faire un vélo confortable mais avec un vrai dynamisme. Et oui, on a demandé du confort mais pas question de perdre en efficacité pour autant.

2- Le poste de pilotage

Pour les accessoires, c’est là encore un travail complet, ici BMC fait le choix de travailler son cockpit sans passer par des marques tierces, c’est le ICS (Integrated Cockpit System). C’est vraiment la patte BMC : le sens du détail.

En effet, le poste de pilotage c’est le prolongement du comportement du cadre, ils ont vraiment tout fait pour qu’il soit d’abord très bien intégré (rien ne doit dépasser) puis ils ont pu jouer sur la flexibilité du cintre et surtout sur sa forme. Là encore, c’est un détail, mais il est d’une importance capitale, la forme du creux du cintre. Plus c’est profond, plus cela exige une souplesse du bassin pour l’utilisateur. C’est un point clé, car un coureur pro ou de haut niveau aura une souplesse incroyable pour se plier complètement, il pourra se mettre en position aéro, alors qu’un cycliste moins expérimenté éprouvera des difficultés. Il faut donc adapter le cintre, avec un profil moins creux, pour justement avoir une sollicitation moins importante au niveau des lombaires et donc éviter le fameux mal de dos. L’autre aspect c’est la rigidité du cintre, plus c’est rigide plus vous allez avoir un transfert de votre force vers le vélo mais aussi vous allez sentir les défauts de la route et à mesure des kilomètres, les vibrations tétanisent le buste. Résultat : on se fatigue plus vite.

Encore une fois un pro ou un cycliste de haut niveau, aura besoin de ce feeling, « monsieur tout le monde » non. Il faut avoir une filtration forte et de la souplesse dans le cintre, c’est ce qui est le plus reposant pour votre buste. Alors oui, si vous voulez sprinter à chaque panneau ou faire les KOM en haut des bosses, vous risquez d’être déçu…mais pour le reste, nul doute qu’il saura vous satisfaire car le creux du cintre est optimisé et très souple, en un mot : il est parfait.

3- La selle

On ne va pas tourner autour du pot…la selle n’est pas des plus esthétiques. En même temps une selle c’est fait pour être confortable avant tout non ? C’est la dernière selle FIZIK et sans rien vous cacher, c’est sans nul doute la selle la plus confortable que nous avons eu. Un plaisir, là encore vous rouler en première classe, et si vous voulez rouler des heures et des heures, c’est comme au cinéma être bien assis c’est mieux.

4- Les pneumatiques

On continue dans les bons choix de BMC, avec ces pneus VITTORIA CONTROL GRAPHENE EN 28mm qui présentent grip, confort, et rendement. Encore un choix pertinent sur ce vélo !

5- Les roues

Des Mavic, oui pourquoi pas ! Nous n’allons pas le cacher, nous avons pu avoir quelques réserves sur certaines paires de roues ces dernières années de la part de la marque Française. Là on retrouve ce qui a fait la splendeur de la marque : une roue efficace, fluide, suffisamment tonique sans être un monstre de rigidité et plutôt légère. Non c’est une belle affaire, avec tout de même un petit moins sur une prise au vent sensible par rapport à certaines marques sur ce profil, mais rien d’handicapant. Un choix donc logique de la marque BMC avec ces Mavic COSMIC SLR 32 DISC qui pèsent 1410 grammes.

6- Les détails

Et oui chez BMC, tout est dans le détail, et là encore vous pouvez compter sur nos amis suisses. On commence avec les petits inserts pour rajouter simplement une bagagerie supplémentaire (nécessaire de réparation ou mettre de la diététique) sur le tube horizontal vous avez aussi la possibilité d’installer un garde-boue sous le tube de selle. Il y a aussi le support de compteur sur la potence ou encore le guide anti-saut de chaine sur le boîtier de pédalier.

Sur le terrain, il vaut quoi ce BMC ?

Pour vous le dire, on a mis les moyens, et un peu de sueurs. Avec des parcours de plus de 5h que ce soit dans les Pyrénées orientales, l’Aude, la Montagne Noire, les Pyrénées Atlantique, il a vu du pays ce petit bijou. Oui un vélo endurance, il doit pouvoir vous accompagner des heures alors autant en faire non ? C’est parti, on enchaine, on roule on profite on prend l’air…on ne voit pas le temps passer, ni les bosses, c’est un régal. On ne cherche pas les KOM, les sprints, non on veut rouler longtemps et voir comment il se comporte. La réponse ? Parfaitement tout simplement et c’est assez drôle, avec ce vélo, vous enchainer facilement et surtout comme vous n’avez pas cette fatigue physique qui arrive (le mal de dos, le cou, les vibrations) car il vous économise, les sorties se font sans problème.

Le BMC ROADMACHINE, c’est ça. Non ce n’est pas le plus léger, le plus rigide, le plus performant pour battre les chronos, mais par contre si vous voulez profiter, il est juste parfait ! Sur les cols, comment il se comporte ? Là encore, il préfère une montée au train, assis. Si vous aimez le changement d’allure en alternant assis et danseuse, vous risquez de ne pas aimer sa souplesse sur l’avant. Si au contraire, vous aimez monter un col assis et en adoptant une allure fixe, il est parfait. Vous avez une petite fringale, et là d’un coup le compteur passe en dessous des deux chiffres…pas d’inquiétude, il vous accompagne, pas besoin d’une force herculéenne pour le faire avancer. Sur les routes en mauvaises état ? Là aussi on l’a testé, on a tout fait, et vous pouvez nous croire, au fin fond des Corbières la route est souvent accidentée, et bien même dans ces conditions le combo pneumatiques, cadre, cintre fait le travail et c’est un régal.

Il est pour qui ce vélo alors ?

Nous disions que ce cadre se destine à « Monsieur tout le monde », et c’est vrai ! Dans le choix du vélo on ne va pas se la cacher il y a aussi la passion, le rêve qui rentrent en compte, alors parfois on craque pour le vélo d’un Pro ou pour un pur coursier. Pour ce Roadmachine c’est un vrai choix de raison, vous avez sans doute l’un des must dans la catégorie endurance. BMC a fait des choix clairs pour vous proposer un produit 100% endurance.

Mais c’est un vélo pour les papys, les cyclos du dimanche ?

Que neni, c’est simplement le choix de la raison. C’est un vélo qui va vous permettre de faire des sorties à une bonne allure sans trop forcer, qu’elle fasse 30Km, 60, 120 oui 180km peu importe, ce vélo vous économise, il vous ménage du début à la fin. Vous n’avez pas autant mal au dos, vous n’avez pas de crispations, et au final dans les derniers kilomètres vous roulez aussi vite qu’au début, et vous vous sentez toujours bien. C’est pour cela que c’est le choix de raison. Oui ce n’est pas le vélo d’un pro, c’est un vélo pensé pour « Monsieur tout le monde », mais pourquoi vouloir le vélo d’un pro (oui pour se faire plaisir, pour en avoir l’air) alors que vous pouvez être mieux accompagné et sans souffrance par ce BMC ROADMACHINE.

Notre bilan

Dans la continuité de ce que sait faire BMC, avec des vélos à la finition irréprochable, là la marque passe un cap en proposant un vélo polyvalent, confortable et performant. Oui rarement un vélo endurance nous aura donné autant de plaisir, et son test longue durée et sur des terrains bien différents font de ce vélo une référence dans nos tests. Ici, chaque détail a son importance et tout à un intérêt…mais alors c’est un vélo parfait ? Non le vélo parfait n’existe pas, un vélo doit s’adapter à votre pratique et pas l’inverse.

Quels sont les défauts de ce vélo ?

Si vous êtes un compétiteur, ce vélo n’est pas fait pour vous et il ne vous conviendra pas. Il est trop souple devant, un compétiteur, il est toujours en demande de rendement, de rigidité, il est en danseuse, il relance, il tord son cintre. Un compétiteur peut se le permettre, il a une VO2 au minimum à 70, il est affuté, il est gainé, il a de la force dans les reins, dans les jambes et dans les bras, il sait tout faire, il martyrise le vélo et ce pendant des heures. Si vous vous reconnaissez là, alors non ce vélo n’est pas pour vous. Par contre toi, qui veut faire du vélo de route, et surtout être bien dessus, avoir l’impression à la fin d’une sortie d’être aussi frais qu’au début, alors ce vélo t’est destiné. En fonction de votre budget vous trouverez votre ROADMACHINE à adopter et croyez-nous vous ne serez pas déçu.

LES +

  • Polyvalence
  • Finition
  • Choix des composants
  • Cockpit
  • Intégration parfaite

Les –

  • Le choix d’intégré le chargeur di2 sur le tube diagonal et pas dans le cintre
  • Le petit sticker de trop sur le hauban
  • Les capuchons pour les inserts bagagerie sur le tube horizontal
  • L’esthétique de la selle

GAMME BMC ROADMACHINE à partir de 2699€

Voir toute la gamme

BMC ROADMACHINE FOUR

  • Groupe : Shimano 105
  • Roues : Mavic Open
  • Prix : 2 699€

BMC ROADMACHINE THREE

  • Groupe : Shimano Ultegra
  • Roues : Shimano RS-370
  • Prix : 3 499€

BMC ROADMACHINE TWO

  • Groupe : Shimano Ultegra Di2
  • Roues : DT Swiss E1850 SPLINE
  • Prix : 4 699€

BMC ROADMACHINE ONE

  • Groupe : Sram Force eTap AXS
  • Roues : DT Swiss E1800 SPLINE
  • Prix : 4 999€

BMC ROADMACHINE 01 FOUR

  • Groupe : Shimano Ultegra Di2
  • Roues : CRD-321 Carbon
  • Prix : 6 499€

BMC ROADMACHINE 01 THREE

  • Groupe : Sram Force eTap AXS
  • Roues : Zipp 303 S
  • Prix : 7 299€

BMC ROADMACHINE 01 TWO (version testée ->https://www.culturevelo.com/shop/Produits/Fiche?from=ffrech&produit=290593&query=ROADMACHINE]

  • Groupe : Shimano Dura-Ace Di2
  • Roues : Mavic Cosmic SLR 32
  • Prix : 9 699€

BMC ROADMACHINE 01 ONE

  • Groupe : Sram Red eTap AXS
  • Roues : Enve 3.4
  • Prix : 10 499€

Trouver un magasin

Avec 70 magasins, il y a nécessairement un Culture Vélo près de chez vous :

ou

Pour ne plus rien râter de notre actualité

Inscription Newsletter