Test du Trek Super Commuter Électrique 9S+

Cela ne vous a pas échappé, le vélo à assistance électrique séduit de plus en plus d’adeptes, que ce soit pour les déplacements urbains, ou bien encore pour le vtt, il y en a aujourd’hui pour tous les goûts. Mais depuis peu, les fabricants proposent une version bodybuildée du vélo électrique...qui peut atteindre 45km/h au lieu des 25km/h habituels....mais au final, une question se pose : pourquoi proposer un vélo aussi rapide ?

D’abord, c’est le choix de ceux et celles qui trouvaient les VAE (limités légalement à 25 km/h) trop lents, et qui pourront maintenant reconsidérer leur point de vue car, avec 45 km/h, le périmètre d’actions sera plus long. Un 45km/h, c’est aussi une alternative au scooter... Un 45 km/h, c’est plus de sport et de sensations. Vous le voyez, les arguments en faveur du 45 km/h sont nombreux.

Alors pour vous en dire plus sur les speedbikes, Culture Vélo a pu tester longuement le tout dernier TREK SUPER COMMUTER, le petit nouveau de la marque américaine qui existe aussi en version classique 25km/h.

Dans le cadre de ce test, nous avions la version haut de gamme, Le Trek Super Commuter 9S, qui se distingue notamment par sa transmission intégrée NuVinci C8s (ici pas de dérailleur, tout est dans le moyeu arrière)

Vélo à retrouver sur le site Culture Vélo en cliquant ici : https://www.culturevelo.com/Super-Commuter-9S

TREK SUPER COMMUTER 9 S : LES PRÉSENTATIONS

Le Trek Super Commuter+ est une merveille d’intégration, il faut le reconnaître, les ingénieurs ont dû travailler spécifiquement le bloc batterie afin de le rendre quasiment invisible. Mais ce n’est pas tout, outre la batterie, les accessoires et les feux sont aussi extrêmement bien intégrés... Ici le détail est essentiel et le résultat le confirme.

  • Le cadre : Côté cadre, on retrouve de l’alu et une fourche carbone et ce afin de réduire le poids. Côté motorisation, on retrouve le système BOSCH, la référence du marché (fiabilité, utilisation…).
  • La transmission : Au niveau de la transmission, on retrouve le NuVinci N380 H, qui intégre les vitesses dans le moyeu. Plus besoin de dérailleur, cela permet d’avoir un système simple à utiliser, efficace, confortable, propre et sans entretien. La seule contrepartie est le poids. Le système est plus lourd que la transmission mécanique.

  • Sécurité : Vous allez retrouver le phare Pro de la marque Allemande Supernova, qui délivre une puissance de 500 lumens. Grâce à la technologie Matrix Mirror, Supernova a doté cet éclairage de 99 miroirs qui réfléchissent la lumière de 3 Leds automobiles. Sur la route, c’est assez bluffant avec un flux lumineux de 500 Lumens. C’est tout simplement le phare le plus puissant du marché et surtout il est assez compact. A l’usage, vous avez aussi deux choix d’intensité.

  • Les accessoires pour la finition : On retrouve des pneumatiques Schwalbe Super Moto-X avec protection anti-crevaison, là encore un must-have sur le marché. C’est le pneu qui va vous suivre sur un bon nombre de kilomètres et, surtout, sa structure large va vous permettre de gagner en confort...!!! Dernier point ultra important, vous retrouvez, de série, les porte-bagages et garde-boues, une obligation pour rouler n’importe où et n’importe quand.

En définitive, Trek débarque avec une très belle nouveauté dans le monde du vélo électrique... Ici, pas de compromis sur l’intégration de la batterie et du bloc moteur, tout doit se fondre dans l’ensemble du vélo et c’est plutôt une réussite. C’est un vélo qui en jette en noir mat, il fait tourner toutes les têtes là où il passe.

TREK SUPER COMMUTER 9S+ : Test Terrain

On se lance sur la route et, à première vue, rien ne distingue ou presque un VAE classique de ce speedbike. Presque, dans le sens où 3 points diffèrent :

  1. La plaque d’immatriculation... Et oui, le speedbike ne rentre pas dans la case des vélos, il doit posséder sa plaque d’immatriculation.
  2. Casque homologuée spécifique Speedbikes obligatoire
  3. Rétroviseurs...

Alors oui, on ne va pas vous mentir avec ce rétroviseur c’est moche, d’autant que pour le dernier il ne sert strictement à rien... Il est bien trop petit et avec les vibrations de la route, on ne voit rien... ça commence bien ce test ;)

Sur la position de conduite, Trek a voulu faire un vélo sportif avant tout... C’est une géométrie avec des bases arrières courtes (pour plus de nervosité) et un tube horizontal assez long, vous êtes un peu couché sur votre vélo... Alors si au début c’est un peu déroutant, au final c’est très agréable car le vélo est ultra dynamique... Contrairement à beaucoup de ses concurrents qui eux penchent plus vers l’ultra confort.

LE VAE EN MODE BODYBUILDING :

Au premier démarrage, le Trek Super Commuter 9S+ et sa puissance nous ont bluffés. Habitué à tester des vélos électriques depuis quelques années maintenant, la sensation lorsque l’assistance ne stoppe pas à 25 km/h (la limite VAE normale) mais continue pour vous emmener jusqu’à 45 km/h est plutôt grisante... On aime rouler au-delà des 35km/h sans effort, et quel plaisir de faire 20km en 35min et ne pas être en sueur, car c’est bien là l’intérêt du speedbike : une vraie alternative aux scooters et autres voitures en ville.

A son guidon, c’est vrai, il faut clairement un peu plus de dextérité et surtout en ville. Le vélo a de la puissance, et l’assistance arrive immédiatement. Alors, si vous êtes en mode BOOST, et que vous rappuyez franchement sur les pédales, vous bondissez vers l’avant, c’est notamment le cas dans les rond-points. C’est un coup à prendre. Les modèles MT4 de chez Magura et leurs disques en 180 mm font le « job » sans sourciller. Le touché très progressif est le bienvenu en ville, en particulier sur sol humide. C’est vraiment l’outil indispensable car, pour arrêter 22kgs lancés à 45km/h, il vaut mieux avoir des freins qui tiennent la route.

Concernant l’autonomie, c’est plutôt une belle surprise. Nous avons pu faire le test dans différentes configurations. Usage permanent du mode TURBO (le plus energivore), usage 100% ville et, pour ne rien vous cacher, nous avons monté le COL DU TOURMALET et l’Aspin avec. Au bilan, c’est une autonomie de plus de 50km sur le mode TURBO en permanence, en ville entre le mode 1-2 c’est une autonomie supérieure à 70km. Pour les cols, là encore c’est une belle surprise : 61km et 1730m de dénivelé. Dans ce dernier cas, bien evidemment ce n’est pas vraiment son terrain d’action, mais le vélo a parfaitement su tenir son rang avec une autonomie assez conséquente au vu de la difficulté du parcours.

L’autonomie est donc au niveau des VAE 25km/h, c’est un vrai plus. La puissance pour atteindre les 45km/h ne reduit pas l’autonomie, à condition de ne pas être en mode TURBO en permanence.

Terminons sur un sujet qui fâche : le prix. Pour rouler sur ce petit bolide, il vous faudra tout de même débourser 5199 €, et cela, hors-coût d’immatriculation et d’assurance (il faut compter entre 120€ et 170€) à l’année. A ce prix, c’est certes un investissement, mais l’engin peut remplacer facilement un scooter ou une voiture, avec un rayon d’action plus important que le VAE classique.

TREK SUPER COMMUTER 9S+ : CONCLUSION DU TEST

Ce Trek Super Commuter 9S+ est un vélo réussi, à la fois du côté du design, l’intégration est parfaite, la géométrie agressive lui donne un petit look de BAD BOY, que du côté technique, le moteur Bosch Performance, dans cette version boostée, fait son job, et emmène l’utilisateur dans les "hautes vitesses" de manière souple et efficace.

On aime la souplesse de la transmission Nuvicinci, même si les plus sportifs préféreront l’indexation Shimano XT disponible sur l’autre version. Au niveau de l’équipement, le choix des pneumatiques est là aussi logique, il fallait gagner en confort et en tenue de route. Au final, c’est une belle machine, dynamique sur le terrain et, whoauuu, quel plaisir de rouler autant aussi vite et sans trop d’efforts.

C’est une nouvelle race de vélo qui emmerge mais maintenant, la question finale qui peut se poser : un vélo 45km/h, est-ce utile ?

Clairement, cela va dépendre de votre usage et il faut aussi savoir que la législation n’aide vraiment pas à l’utilisation d’un 45km/h. Nous l’avons vu, il faut l’assurance, la plaque, le casque, le rétroviseur… Il y a aussi le fait que le speedbike n’a pas le droit de rouler sur les pistes cyclables (c’est un non-sens de plus, un cycliste sans assistance électrique peut rouler à 35-40km/h sur les pistes cyclables, alors pourquoi interdire le SPEEDBIKE ?)

Vous le voyez, adopter un 45km/h ce sont des contraintes en plus, mais c’est un champ d’actions bien supérieur.. C’est une alternative au simple VAE et surtout, dans le cas où votre travail est à plus de 10km, le 45KM/H est le choix de la raison...

Ainsi, le 45 km/h est une vraie solution mais il ne faut pas se le cacher, rouler à 45 km/h n’est pas à la portée de tous, bien évidemment vous pouvez aussi rouler à 30-35km/h, mais quoi qu’il arrive, le speed bike nécessite un petit bagage technique, surtout en ville. En effet, il y a tout d’abord les automobilistes qui n’ont pas forcément conscience de votre vitesse, ils vont chercher à vous doubler, ne pas vous voir arriver… Le speed bike demande plus d’anticipation car, la vitesse aidant, le flux d’informations à enregistrer n’est pas le même, il faut réagir vite.

Il faut prendre l’habitude de piloter un vélo de ce type. Oui oui, piloter ! Car à 40 km/h, tout va plus vite, il faut simplement l’assimiler et apprendre à s’en servir. En définitive, ce que nous retenons de ce test... c’est que le 45 km/h est une machine à sensations, le plaisir de pouvoir rouler vite, le plaisir de pouvoir se déplacer en ville rapidement sans transpirer, le plaisir aussi de ne pas rouler à fond .

Clairement, un SPEEDBIKE c’est peut-être un vélo plus difficile à maîtriser techniquement, mais une fois que l’apprentissage est fait, le plaisir est décuplé et on ne vous le cache pas, le retour au mécanique ne va pas être simple. Alors pour finir, une seule chose à dire : merci à Trek de concevoir des vélos de ce type, et n’oubliez pas, si vous aussi vous voulez tester des speedbikes, faites un tour dans votre Culture Vélo le plus proche.

Trouver un magasin

Avec 73 magasins, il y a nécessairement un Culture Vélo près de chez vous :

ou

Pour ne plus rien râter de notre actualite

Inscription Newsletter