On s'est mis au vélotaf avec Eovolt

On s’est mis au vélotaf avec Eovolt

C’est un test qui sonne comme une bonne résolution. Pour une fois on oublie la route ou le VTT, le côté sportif et la performance, et on va parler à tous les cyclistes. Et même à des futurs cyclistes qui pourront sauter le pas à la fin de ce test. Plus que le test d’un simple vélo, c’est celui d’un nouveau mode de vie : le vélotaf. Pour nous aider ? Un vélo électrique pliant de la marque française Eovolt.

Et si on changeait son train-train quotidien ?

Mes habitudes : tous les jours pour aller au bureau, je prenais la voiture. Habitant à 25km de mon lieu de travail, je mettais environ 18-20 minutes grâce à une voie rapide. La voiture c’est pratique, facile, flexible mais c’est vrai qu’avec la hausse du prix du carburant et en faisant une cinquantaine de kilomètres par jour, je passais mettre 25-30€ à la pompe chaque semaine. Donc plus de 100€ / mois. Au-delà des chiffres de l’essence, il faut aussi y ajouter celui de l’assurance, les risques qu’il peut y avoir à la fin d’une longue journée dus à la fatigue ou l’hiver à cause du verglas. Et pourquoi pas le vélo alors ? C’est vrai que 25 kilomètres à vélo ça peut être long. Mais miracle ! J’ai une ligne de train qui peut relier ma ville de domicile à la ville dans laquelle je travaille ! De gare à gare, le train met 24 minutes. Effectivement, le temps effectif est légèrement plus long que le temps passé dans la voiture. Mais est-ce qu’en voiture vous pouvez travailler, avancer sur la réunion du lendemain, lire ou juste vous évader ? Le confort du train s’est vite imposé comme une respiration où on se laisse porter et une vrai coupure entre travail et vie personnelle. Alors imaginez si ensuite on y ajoute le plaisir de pédaler : 1,6km entre mon domicile et la gare et 2,4km entre le bureau et la gare. Une vingtaine de minutes passées sur le vélo chaque jour. Avec un vélo électrique pliant ça passe vite et c’est surtout très facile. La clé du bonheur dans ce changement elle est là : le vélo Eovolt City 4-speed.

L’Eovolt City 4-speed : ingénieux dans toutes les situations

Quand je me suis aperçu de l’affluence dans ce train et notamment du nombre de vélos, j’étais heureux d’avoir un pliant. Les nouvelles rames TER ont le petit bémol de n’avoir que très peu de places disponibles pour les vélos. Mais le petit Eovolt se niche partout : plié entre 2 valises ou plié dans la zone entre les portes quand il y a beaucoup de monde. Il se fait discret tout en interpellant les autres usagers : malin, petit et surtout électrique. Et en plus, il est assemblé en France à Genas, en périphérie lyonnaise.

Si la malice de l’Eovolt s’arrêtait là vous resteriez sur votre faim. En plus de se ranger facilement dans le train, il se range aussi facilement dans un appartement où vous stockez déjà un vélo de route. Plié, il trouvera forcément place quelque part. Vous partez en week-end ? Embarquez-le dans le coffre de la voiture, une valise à côté et c’est parti ! Pas besoin d’un porte-vélo ou de tomber des sièges. Et ça marche aussi dans un camping-car. Côté pratique du vélo, le City 4-speed n’est pas en reste. Il est équipé de freins à disques hydrauliques qui assurent un bon freinage dans toutes les conditions. Si les roues en 16’’ perturbent un peu au début au point d’avoir l’impression de piloter une trottinette, les pneus larges garantissent assez de confort. Cependant, les trottoirs ou nids de poule peuvent plus facilement vous déséquilibrez que sur un vélo classique. Il faut un temps d’adaptation. Pour la taille, convient-il à tout le monde ? Je n’en suis pas sûr. Je mesure 1m72 et je remontais tube de selle et guidon à la hauteur limite à chaque fois. Et cela suffisait pour toucher le pied au sol. Si vous mesurez 1m90, effectivement vous risqueriez de vous sentir sur un vélo enfant. Se plie-t-il facilement ? Oui. Il faut bien sûr avoir le coup de main mais la manipulation est assez simple. On baisse puis replie le guidon, on rabaisse le tube de selle, on plie le cadre et les 2 roues viennent se fixer ensemble grâce à des aimants. On peut remonter le tube de selle pour une meilleure manipulation en le poussant à pied. Le seul bémol vient de la manipulation du tube de selle qui ne reste pas dans l’axe. En allant vite et en remontant sur le vélo, on pourra alors se rendre compte à l’orientation de la selle que l’on a pas centrée celle-ci.

Le vélo : l’Eovolt City 4-speed

  • Cadre : alu
  • Roues : 16’’
  • Nombre de vitesses  : 4
  • Moteur : Eovolt, moyeu arrière.
  • Batterie : LG en li-thium intégrée dans la tige de selle. Autonomie de 50km annoncée par la marque.
  • Poids : 14kg
  • Prix : 1499€

L’utilisation du moteur est quasi-systématique avec seulement 4 pignons. 5 modes d’assistance sont présents et le moteur est situé dans le moyeu arrière. Le mode 1 est très léger. Le mode 2 s’utilise sur le plat pour soulager. Quand la pente devient raide, on passera assez vite sur le mode 5. Quand il y a vraiment beaucoup de pente, au-delà de 6%, le moteur fournit très peu de couple et la plage de vitesses derrière est vite limitée. En sachant à l’avance votre parcours quotidien, cet indicateur pourra vous servir à l’achat du vélo et vous orienter sur un vélo avec une plage plus attendue derrière. Sachant que le modèle City 4-speed disparait de la collection en 2022 (vous pouvez toujours vous le procurer en magasin), il sera remplacé par le Morning (roues en 16’’). Rien ne change dans le comportement du vélo : il a toujours 4 pignons. Le principal changement est esthétique : les soudures du cadre sont polies et offrent une meilleure finition. Pour accroître la sécurité, les pneus sont dotés d’une bande réfléchissante qui vient en complément des feux avant et arrière. Le chargement de la batterie s’avère assez simple. Vous pouvez enlever le tube de selle pour la charger ou la laisser sur le vélo. La prise se situe sur le sommet du tube. Vous voulez aussi recharger votre téléphone ? L’ordinateur de bord est doté d’une prise USB mini pour pouvoir vous servir de la batterie du vélo afin de recharger le téléphone. Pensez cependant à l’adapteur selon votre branchement.

Quoi d’autre de prévu chez Eovolt en 2022 ?

Si le nouveau Morning reprend les caractéristiques de notre City 4-speed, Eovolt a développé 2 autres modèles : l’Afternoon et l’Evening. L’Afternoon sera doté de roues de 20 pouces et surtout d’une fourche suspendue. Ces 2 facteurs vont considérablement améliorer le confort et le pilotage. L’Afternoon reste pour autant pliant intégralement. La cassette de l’Afternoon est aussi plus étendue et elle vous offrira plus de possibilités. Enfin, pour une meilleure aisance de pilotage, Eovolt a développé avec le futur Evening, un vélo semi-pliant avec des roues de 24 pouces. Contrairement aux deux autres modèles, le cadre de l’Evening ne se plie pas. Pour faciliter le rangement, seul le guidon se rabat. Le tube de selle avec la batterie intégrée est lui aussi amovible. Avec un porte-bagage, l’Evening sera un vélo pratique au quotidien qui se range facilement en long dans un appartement sous un bureau pour prendre le moins de place possible.

Comment franchir le pas du vélotaf ?

Quand on décide de vélotaffer on commence généralement par l’achat du vélo. Suivant vos besoins, la place chez vous et si vous empruntez d’autres moyens de transport, vous vous dirigerez vers un type de vélo en particulier. Au-delà du vélo, ce test a aussi permis de comprendre l’enjeu de la sécurité, de la praticité et de la visibilité à vélo. Il est donc primordial de s’équiper en conséquence. Si notre Eovolt était doté d’un éclairage avant et arrière, d’autres accessoires lumineux ne sont pas de trop. Nous avons opté pour le casque Nutcase Vio Mips. Au-delà de son look très urbain, le Vio possède une bande de LED rouge et orange derrière et sur les côtés avec 3 modes d’éclairage : continu, clignotant rapide, clignotant lent. Suivant l’heure de la journée et la visibilité, vous choisirez le mode adéquat. Devant, une bande de LED blanche apporte aussi un plus côté signalisation. Avec une autonomie de 3 heures, l’éclairage se recharge en USB. Côté confort, la jugulaire du Nutcase Vio se clipse grâce au système aimanté Fidlock, plus pratique qu’un système classique avec une boucle à clipser. Pour prévenir des chocs latéraux, le Vio est en plus doté du système MIPS qui apporte une protection supplémentaire en réduisant le risque de traumatismes crâniens. Porté sur la tête on ne se rend pas compte de l’efficacité du casque. Mais associé à un éclairage sur le vélo, il permet aux automobilistes de vous identifier comme cycliste en apercevant au loin deux points lumineux rouges ou blancs alignées verticalement. Tout en étant une sécurité indispensable en cas de choc. Pour le style tout en étant pratique, nous avions besoin d’un sac. Avec le Brooks Pickwick 26L, qui peut contenir un ordinateur de 15’’, c’était le côté chic à l’anglaise. S’il n’est qu’en toile et pas en cuir, certaines garnitures le sont. La toile est résistante à l’eau ce qui est pratique en toute saison. Une poche secrète dans le dos vous permettra par exemple de ranger votre carte de transport et à l’intérieur vous pourrez séparer votre ordinateur du reste de vos affaires dans un autre compartiment. Plus élégant que technique il s’adresse à ceux qui veulent parfaire leur look sur le vélo au quotidien. Bien sûr, si vous n’avez pas besoin d’une capacité de 26L, le Brooks Pickwick existe dans d’autres tailles et d’autres matières. Et à côté de ça ? L’équipement est vraiment primordial et doit être adapté à vos besoins. Un bon équipement du cycliste par exemple vous permettra de rouler en toute saison et quel que soit le temps. Sur ce segment, privilégiez les vêtements de pluie imperméables, les gants et un sous-casque l’hiver. Pour le casque et si vous roulez à vélo électrique, le choix d’une visière pour protéger les yeux n’est pas à négliger. Autour des 20 km/h sans visière, la sensation de froid qui entre dans les yeux est saisissante. Côté bagagerie, pour des petites charges, privilégiez le sac à dos et ou le sac messenger. Pour de plus grandes charges, optez plutôt pou une sacoche sur cadre. Si vous attachez votre vélo avec un antivol (lui aussi plus qu’un indispensable) vous avez de la sacoche sur cadre 2-en-1 qui se transforme en sac à dos une fois à pied.

Découvrir les accessoires Eovolt

Le bilan

« Le vélotaf c’est la vie ! » Sur le plan économique il permet d’économiser énormément : 26€ d’abonnement par mois au train contre une grosse centaine d’euros de carburant pour le même trajet. C’est peut-être plus long mais beaucoup plus reposant. N’avez-vous jamais eu cette sensation en voiture en rentrant chez vous « vivement que j’arrive à la maison ! » ? En train et à vélo, jamais. La distraction est plus facile et paradoxalement même si c’est plus long, vous gagnerez plus de temps. Au-delà des bienfaits physiques (on fait de l’exercice), par le vélotaf on découvre que le vélo a des bienfaits psychologiques. Si d’habitude il arrive de tester des vélos de route très (trop) bien équipés à des chiffres plutôt astronomiques, cet Eovolt City 4-speed est finalement celui auquel on s’attache le plus : il nous suit partout, se range partout, passe partout et facilite grandement le quotidien. Rien de plus pour dire que j’en suis conquis. Et sinon, quand est-ce que vous vous y mettez ?

Trouver un magasin

Avec 73 magasins, il y a nécessairement un Culture Vélo près de chez vous :

ou