On a testé le bikepacking avec Topeak

On a testé le bikepacking avec Topeak

Pendant tout l’été nous avons eu en test les sacoches Topeak prévues pour le bikepacking. Jean, notre baroudeur et gravelman, les a usées et éprouvées sur son Orbea Terra. Il livre son verdict.

Note préalable : l’utilisation de ces sacoches s’est principalement déroulée sur des sorties de courtes durées, entre 2 et 3 jours. Montées sur un gravel (taille 58) les sorties étaient souvent cahoteuses. Voici donc plus en détails mon retour d’expérience pour ces 4 sacoches TOPEAK.

La sacoche de selle Topeak BackLoader

Première bonne nouvelle : cette sacoche est disponible en plusieurs formats. La version la plus petite a un volume de 6 litres (version noire | version verte), la version intermédiaire passe à 10 litres (version noire | version verte) et la version la plus grande dispose d’un volume de 15 litres. Nous avons eu pour l’occasion le plaisir de tester le plus grand modèle. Je retiens en premier lieu que cette sacoche de selle est vraiment très facile à utiliser et sa fixation et rendue très simple. Il suffit de placer la large bande de velcro autour du tube de selle et de tirer deux boucles à travers les rails de selle. Une fois la sacoche fermement installée, nous avons à notre disposition un filet élastique sur le dessus ; un dispositif désormais indispensable et idéal pour fixer certaines affaires encombrantes. Comme la poche intérieure imperméable est dotée d’un système de valve - on le retrouve d’ailleurs la même technologie sur la sacoche FrontLoader - il s’offre à nous des possibilités de rangement sans fin par la succession de 3 petites actions : compresser, rouler, attacher. De plus, grâce aux sangles de compression latérales il est possible de diminuer toujours plus la BackLoader à un format compact et quasi inerte. Cela contribue d’ailleurs grandement à la stabilité de l’ensemble, car les effets désagréables de balancier sont évités en roulant. C’est donc la 2e bonne nouvelle, même lourdement chargée la sacoche reste très stable.

La sacoche de cadre Topeak MidLoader

La MidLoader est également rapide à monter. Elle est disponible en 3 tailles : 3 litres, 4,5 litres et 6 litres.

Faite d’un matériau léger, durable et très résistant à l’eau, elle s’installe facilement grâce à son système d’attaches à glissières. Il est d’ailleurs possible de profiter de la grande longueur des sangles de manière à ce que les parties saillantes soient coincées entre votre tube de selle et la sacoche. Mon utilisation s’est dirigée vers le stockages de pièces de rechanges : chambres, outillage et autres équipements lourds. Deux fermetures éclairs se trouvent de part et d’autre de la sacoche pour un accès facile. Voilà donc une conception simple et efficace, sans fioritures. Peut-être qu’un tissu plus rigide rendrait l’aspect général de la sacoche plus harmonieux, d’avantage rectiligne…

La sacoche de tube supérieur Topeak TopLoader

Disponible en une seule taille, le montage est facile grâce à plusieurs sangles, très longues, à recouper pour ne pas s’agacer du velcro sur ces genoux en pédalant. J’ai trouvé cette sacoche ultra-pratique, on peut y glisser tous les ustensiles utiles à usage immédiat : barres énergétiques, portefeuille, portable, appareil photo -compact- parait-il, une batterie de secours, etc.

A l’intérieur un compartiment en velcro -repositionnable- vient organiser l’espace. Autre détails de conception intéressant, l’intérieur jaune permet de retrouver facilement les petites pièces. En d’autres termes, cette sacoche est parfaitement adaptée aux choses que l’on utilise beaucoup en roulant. Seule ombre au tableau, la housse de pluie est glissée dans un interstice qui ne m’a pas était rendu pratique. C’est un choix surprenant ; pourquoi ne pas avoir opté pour un textile imperméable ? En revanche, la TopLoader une fois sous sa housse est tout à fait étanche et un orage ne lui posera pas de problème. En définitive, la TopLoader est de taille suffisante, accessible, sobre et pratique.

La sacoche de guidon

Topeak FrontLoader

Une sacoche sur le cintre c’est en somme une solution simple quand on ne veut pas acheter le combo porte bagages - sacoches et randonner léger. Et si les 8 litres (version noire | version verte) de cette nouvelle sacoche imperméable ne vous suffisent pas, vous pouvez accrocher encore plus sur le FrontLoader grâce aux sangles supplémentaires ; et voilà encore un nouveau rangement facile d’accès. Ainsi, la FrontLoader a bien trouvé sa place sur le cintre de mon gravel, même si un cintre plat donnera de meilleurs options de stockage car elle est large. Les entretoises fournies assurent que les câbles ne se coincent pas. En bref, l’utilisation retenue pour ce nouvel espace de stockage et de remplir outrageusement le sac d’un duvet, d’habit en tout genre et de compressez le tout avec la valve ouverte. De cette façon, tout l’air est expulsé et on gagne une place importante. On ne souffre d’ailleurs pas de ballotement tant les fixation suppriment les éventuels espaces et autres effets de tangage.

Mon bilan

Le montage de toutes ces sacoches est exceptionnellement rapide et facile à monter, à décharger et à remballer. Les fermetures à glissières de toutes les sacoches se sont avérées très solides, tout comme leur matériau. Fait notoire qui a attisé ma curiosité : malgré la charge importante que nous offrent toutes ces sacoches on remarque à peine rouler avec autant d’affaires. Malgré une inertie au départ la bonne surprise est de se sentir pas trop lourd ni même anti-aérodynamique, avec au final un très faible ballotement des sacoches, même sur terrain accidentés. Topeak a ainsi produit des kits tous très complémentaires et suffisamment robustes, cela à des prix toujours plus compétitifs. Le tout fonctionne très bien et il résistera certainement à une utilisation intensive. C’est le kit idéal pour ceux qui veulent se lancer dans le bikepacking avec un budget limité.

Trouver un magasin

Avec 71 magasins, il y a nécessairement un Culture Vélo près de chez vous :

ou