Bien choisir son éclairage vélo

Bien choisir son éclairage vélo

Avec l’hiver, les jours raccourcissent et la visibilité se dégrade. L’éclairage à vélo devient alors encore plus important. Pour autant, il existe de nombreux types d’éclairages et il n’est pas toujours évident de savoir vers lequel se tourner.

Afin de vous guider dans votre choix nous allons voir ensemble quel éclairage est le plus adapté à votre pratique. Nous ferrons également le point sur les éclairages qui sont obligatoires à vélo.

La bonne alimentation

Pour commencer il faut déterminer le type d’alimentation dont vous avez besoin. Cela dépend en grande partie de votre fréquence d’utilisation.

En effet, pour une utilisation régulière il est conseillé de privilégier un éclairage sur batterie ou dynamo alors que pour un usage occasionnel un éclairage à pile sera amplement suffisant.

Sur les vélos électriques, l’éclairage est directement relié à la batterie de votre vélo, nous n’avez donc qu’à charger votre batterie normalement pour voir et être vu. Sur les vélos musculaires, il vous faudra penser à charger votre éclairage. Cela se fait désormais de plus en plus par prise USB pour le charger facilement à votre domicile ou au bureau.

La bonne puissance

La puissance dépend elle aussi de l’utilisation que vous faite de votre vélo ainsi que de votre pratique. Selon que vous rouliez en ville tous les jours, sur route seulement le dimanche matin ou que vous fassiez du VTT en rentrant du travail, il vous faudra plus ou moins de lumens.

En effet, pour un usage strictement réservé à un environnement urbain où vous bénéficierez des lumières alentours, une puissance de 300 lumens maximum sera alors suffisante. Toutefois, si vous circulez également hors agglomération alors il vous faudra vous équiper plus intensément. Et si vous avez l’habitude de faire des excursions nocturne en VTT, un éclairage puissant est alors conseillé pour anticiper les reliefs du terrain.

Le bon type d’éclairage

Il existe deux catégories d’éclairages : l’actif et le passif.

L’éclairage actif est celui qui va fonctionner à l’aide d’une source d’énergie (pile, batterie, dynamo). L’éclairage passif quant à lui réagit au contact d’une source lumineuse et la reflète.

En terme d’éclairage actif, on retrouve des éclairages avant et arrière "classiques" qui se fixent à différents endroit du vélo : sur votre guidon, votre potence, au tube de selle, sur le porte-bagages, les garde-boues, etc.

Outre ces éclairages "classiques" l’on trouve désormais des équipement cyclistes éclairés. On pense notamment à certain casques ou sac à dos avec éclairage intégrés.

Dans ces éclairages dit actifs, on peut aussi opter pour un éclairage clignotant qui attirera d’autant plus l’attention des autres usagers de la route pour être toujours plus visible. Le petit plus c’est que cela sera également aussi moins énergivore et vous permettra de garder votre batterie plus longtemps.

Pour ce qui est des éclairages passifs, vous avez là aussi plusieurs possibilités.

Tout d’abord pour vous équiper vous il y a le traditionnel gilet de sécurité. On vous l’accorde ce n’est pas ce qu’il y a de plus sexy mais il est efficace ! Sinon, il existe aussi des vêtements plus techniques et esthétiques avec bandes réfléchissantes intégrés ou encore des "brassards" réfléchissants à fixer en complément sur vos bras ou chevilles.

Par ailleurs, pour équiper son vélo on mise sur les catadioptres qui reflètent extrêmement bien la lumière. On en met un peu partout : sur les rayons, les pédales mais aussi à l’avant et à l’arrière pour être visible sous tous les angles.

Découvrez nos éclairages

Quels éclairages sont obligatoires à vélos ?

On ne rigole pas avec la sécurité et c’est pour cela que certains éclairages à vélo sont obligatoires. En effet, tout vélo doit être équipé des éclairages et signalisations suivants :

  • Un catadioptre rouge à l’arrière
  • Un catadioptre blanc visible de l’avant
  • Des catadioptres orange visibles de côté, souvent positionnés sur les rayons
  • Des catadioptres de couleur orangée sur les pédales

A noter, que si vous avez une remorque elle devra être éclairée également.

De plus, lorsque la visibilités est insuffisante de nuit comme de jour, le vélo doit être équipés de feus de position :

  • Un feu de position émettant vers l’avant une lumière jaune ou blanche non éblouissante.
  • Un feu de position arrière qui doit être nettement visible de l’arrière lorsque le vélo est utilisé.

Enfin, pour circuler la nuit, ou le jour lorsque la visibilité est insuffisante, tout conducteur et passager d’un vélo doit porter, hors agglomération, un gilet de haute visibilité. Ce gilet doit être homologué (marquage "CE").

Le non respect de ces obligations vous expose à une amende. Alors, pour votre sécurité et pour votre porte-monnaie, pensez à vous équipez !

Trouver un magasin

Avec 73 magasins, il y a nécessairement un Culture Vélo près de chez vous :

ou